Les surveillants généraux (1847-1970). Entre figures littéraires et profils historiques

Parutions

Christine FOCQUENOY SIMONNET est docteure en histoire contemporaine ; elle a soutenu une thèse de doctorat L’ombre de Monsieur Viot…Du surveillant général au conseiller principal d’éducation, l’évolution d’une fonction éducative (1847-1970), en 2015, classée deuxième au prix Robert Mallet 2017. Elle est chercheure associée aux laboratoires CREHS (Centre de Recherche et d'Études Histoire et Sociétés, université d’Artois) et au CIREL (Centre interuniversitaire de recherche en éducation de Lille), qualifiée MC, en histoire et en sciences de l’éducation. Elle est chargée de cours à l’université de Lille, formatrice académique (INSPE). Ses recherches portent sur le CPE et son ancêtre le surveillant général, la division du travail éducatif, la laïcité et l’engagement des jeunes.

 

Elle est engagée dans différentes associations et sociétés savantes (administratrice de l’AECSE, membre de la commission historique du Nord, Sofphied, ATRHE, ARGEF…). Elle a publié dans des revues scientifiques, nationales et internationales (Carrefours de l’éducation, Recherches et Éducation, Recherche en Éducation, SEPEN, Bulletin du CREAS) et a participé à de nombreux colloques internationaux. Elle a coordonné un numéro thématique de Carrefours de l’Éducation (2020) et a contribué à onze livres scientifiques collectifs. Elle publiera, prochainement, un second ouvrage personnel: Le conseiller principal d’éducation et les élèves. De la clôture scolaire à l’éthique de l’accompagnement (Presses universitaires du Septentrion).

Le surveillant général est un acteur méconnu de l’enseignement secondaire français, des XIXe-XXe siècles. L’analyse des représentations permet de dégager la figure unifiée du « surgé ». Dépassant ces stéréotypes, une étude historiographique et prosopographique, basée sur un important corpus d’archives et de témoignages, révèle les profils historiques nuancés du surveillant général, le cadre d’exercice, le métier au quotidien et les carrières protéiformes. La surveillance générale au prisme du genre s’ancre dans les images traditionnelles de la femme, attendues par l’institution. Le surveillant général demeure le gardien de l’ordre aux ordres, garant de l’éducation comme clôture. L’histoire de cet acteur condense l’histoire de l’enseignement secondaire et ses scléroses. Le mythe du « surgé » survit à la disparition de ces personnels et altère l’identité professionnelle de son successeur, le conseiller principal d’éducation. 

Presses universitaires du Septentrion, juin 2021.
 
Les points forts :
Premier ouvrage scientifique sur ce sujet
Le livre permet de :
-Analyser le mythe du « surgé », encore prégnant dans l’imaginaire collectif français.
-Découvrir les profils historiques du surveillant général, dans le contexte de l’enseignement secondaire français (XIXe-XXe siècles).        
-Comprendre l’évolution du système éducatif français et ses scléroses, au prisme de l’histoire du surveillant général.